Recherche de la justice
AAQ.CA Autochtones Indiens
Menacé de faire exploser des voitures et un poste de police : «C'était juste une joke.»

La police de Laval a bien fait d'arrêter le jeune homme qui a fait des menaces de faire exploser des voitures et un poste de police sous prétexte que : «C'était juste une joke».

En vertu de l'équité, la police devrait appliquer ce principe de justice fondamentale et de respect des droits de tous et chacun et poursuivre toutes les personnes qui font de fausses accusations et de fausses menaces pour ensuite invoquer le prétexte que : «C'était juste une joke».

Le Journal de Montréal, samedi 31 janvier 2009

Menaces sur Facebook

Blague alarmante

Marc Pigeon
Le Journal de Montréal

L'ambition de Philippe Duquette-Labelle à vouloir créer une polémique et faire gonfler l'auditoire d'un groupe sur le réseau Facebook lui aura valu des accusations criminelles et une nuit en prison.

Et le processus judiciaire ne fait que commencer.

«J'ai fait le con», a-t-il admis à sa sortie du tribunal, hier. «C'était juste une joke.»

Il affirme d'ailleurs n'avoir aucune raison d'en vouloir à la police de Laval.

Accusé d'avoir menacé de faire exploser des voitures et un poste de police sur Facebook, le jeune homme a pu reprendre sa liberté en s'engageant devant le juge Jean R. Beaulieu à ne plus toucher ni à un ordinateur, ni à l'Internet.

Il devra de plus se tenir à distance des postes de police et des voitures de patrouille.

Le jeune homme de Laval a été arrêté jeudi après qu'un appel anonyme eut informé la police des menaces qui avaient été proférées.

Des accusations de menaces, d'avoir provoqué la peur en vue de nuire à l'administration de la justice et de crime haineux ont été portées contre lui.

Selon la police, les menaces voulaient que si 500 internautes joignaient le groupe, il ferait «sauter» une voiture de police.

Si le nombre s'élevait à 1 000 membres, c'est un poste de police qui exploserait.

Philippe Duquette-Labelle reviendra devant le tribunal le 19 mars.

Télécharger cet article au format PDF


Haut de la page

Site en conformité avec le jugement 2002 CSC 14.27704
de la Cour Suprême du Canada en date du 21 février 2002

La Révolte des Victimes: connaître et faire respecter ses droits

Copyright © Jean Jolicoeur. Tous droits réservés.

Panneau d'administration